Les TMS: une maladie professionnelle qui touchent tous les secteurs

Les TMS (Troubles Musculo-Squelettiques) sont provoqués par la répétition de gestes réalisés dans de mauvaises postures provoquant des tensions et flexions des muscles. Ainsi, ces mauvaises habitudes entraînent plusieurs troubles dont des douleurs dans le dos et aux niveaux des articulations.

L'industrie et les TMS

Aujourd’hui, le secteur de l’industrie est le premier secteur par les TMS ! Aussi,  ils représentent 9 maladies professionnelles sur 10, soit 10 millions de jours d’arrêt de travail par an*.

Ces maladies professionnelles sont provoquées essentiellement par des mouvements de gestes répétitifs, le port de charges trop lourdes, les vibrations, mais aussi une mauvaise manipulation.

Aussi, les douleurs sont localisées aux niveaux des poignets, des épaules, du dos et des coudes.

Alors, plusieurs solutions sont possibles:
– L’adaptation des tâches pour le travailleur: réfléchir à adapter les tâches pour éviter les risques de TMS
– L’aménagement de l’environnement de travail: réfléchir à adapter l’ensemble de l’environnement pour travailler en sécurité, et éviter les mouvement non essentiels et à risques
– Adapter l’équipement à la personne pour la réalisation des tâches

Quelques exemples:
Automatisation de certains circuits logistiques: (vidéo de la #SEST IDF) Lien de la vidéo

Utilisation de Chariots à poids constant:

Le secteur Tertiaire et les TMS:

L’autre secteur le plus touché, c’est le secteur tertiaire !

A titre d’exemple, une récente étude de MFP service* à constaté que 70 % des fonctionnaires souffrent de TMS. D’autre part, cela affecte aussi bien la vie privée que la vie professionnelle pour 62 % des fonctionnaires. D’autant que parmi ces 70 % des fonctionnaires :
– 48 % se plaignent de douleurs au dos.
– 33 % se plaignent de la nuque.
– 32 % se plaignent des douleurs aux niveaux des épaules.

Ainsi, les TMS ont provoqué durant l’année précédente 1 arrêt de travail pour maladie professionnelle sur 5 dans le secteur tertiaire.

En outre, les causes de ces troubles musculo-squelettiques sont multiples dans ce secteur d’activité:

– Optimisation du poste de travail
– Le travail sur écran: la fatigue visuelle, un écran mal placé, une mauvaise qualité de l’image
– La hauteur de l’écran mal réglée ou mal positionné
– Le clavier et la souris trop éloignés
– Une souris inadaptée (syndrome du canal carpien)
– Le siège de travail mal réglé et les mauvaises habitudes de postures
– Les contenues des tâches trop monotones
– Une éclairage inapproprié
– Confort acoustique insuffisant ou inexistant

Ainsi, pour limiter les risques de TMS, Équilibre ergonomie mets en place plusieurs solutions disponibles sur le catalogue:

-Des sièges ergonomiques adaptés à chaque morphologie (page 4 à 43)
(lien nos sièges ergonomique)

– Des postes de travail ergonomique (page 44 à 53)
(lien des postes de travail ergonomique)

– Accessoires tels que les pupitres, les souris et clavier ergonomique, les support de bras, les supports écran (page 54 à 83)
(lien des accessoires complémentaire / accessoires informatiques)

Notre démarche est la suivante:

Equilibre intervention

* Voir l’article MFP Service: cliquez ici

*voir l’article Manutan: cliquez ici

Le mal de dos

On appelle communément « mal de dos » les douleurs situées dans le dos du bas de la colonne vertébrale jusqu’aux cervicales. Pour soulager ou prévenir le mal de dos, Equilibre vous conseille des produits pour le préserver.

On appelle communément « mal de dos » les douleurs situées dans le dos du bas de la colonne vertébrale jusqu’aux cervicales.
Le plus souvent, « j’ai mal au dos », « j’ai mal aux reins »… sont des expressions communes qui désignent une douleur ressentie dans la région lombaire.

Les lombalgies sont très fréquentes : 80 % des Français auront « mal au dos » au moins une fois dans leur vie.
Ce mal de dos guérit spontanément dans plus de 90 % des cas. Il peut récidiver, sans que cela témoigne d’une plus grande gravité.

Mais, le mal de dos est la 1ère cause d’Invalidité avant l’âge  de 45 ans et dans le second motif de consultation en médecine générale entre maux de tête et maux de ventre.

Pour soulager ou prévenir le mal de dos, Équilibre vous conseille des produits ergonomiques pour le préserver.
Tous nos sièges sont ainsi conçus pour favoriser la position active. Ils suivent toujours chacun de vos mouvements et vous procurent le maintien exact par rapport à votre taille et votre poids, de sorte que votre corps ait une répartition correcte des charges !

Quelles sont les causes du mal de dos ?

Le plus souvent, son origine est d’ordre mécanique.

Au quotidien, la colonne vertébrale est très sollicitée. Mais, elle est « mal » sollicitée plus de 2000 fois par jour en moyenne (flexions et torsions trop prononcées). 1/3 des postures que nous adoptons sont nocives ou inadaptées.

La pression exercée sur les disques est de 30 kg en position couchée, mais passe à 100 kg en position debout. Elle peut atteindre 300 kg dans le cas d’un port de charge avec le dos rond.

En position assise, courbée vers son écran-clavier, cette pression est en moyenne de 200 kg, mais peut redescendre à 140 kg en cas de bonne posture dite ergonomique.

Et 110 kg (proche de la position debout) assis sur un fauteuil de bureau avec un support lombaire adéquat un appui cervical et des accoudoirs réglables.

En charge les disques se déforment de manière considérable, en compression
ou en expansion selon qu’ils s’adaptent aux mouvements de flexion, de torsion,
voir d’extension. Ils peuvent aussi se fissurer sous l’effet d’un effort subi, pas nécessairement violent, ou sous des contraintes répétées. A force d’être sollicitée, la colonne, les vertèbres et les disques finissent par s’abîmer.

Quels sont les principaux facteurs du mal de dos ?

Le mal de dos peut être dû à (liste non exhaustive) :

    • –   Des contraintes répétées au travail (mauvaise posture –hernies discales)
    • –   À un « faux » mouvement lors d’une activité physique (rotation, flexion,
    •     redressement, mouvement des bras vers le haut, chute, port de charges
    •     lourdes sans précautions, etc.). C’est ce qu’on appelle un « lumbago »
    • –   En restant immobile trop longtemps dans une mauvaise position
    •     (long trajet en voiture, travail prolongé sur ordinateur…)
    • –   Des séquelles d’un traumatisme (fractures – accident ou sport)
    • –   Une déformation du type hyperscoliose ou hypercyphose
    • –   Une maladie rhumatismale évolutive (ex : Polyarthrite rhumatoïde)
    • –   Une maladie inflammatoire telle que la spondylarthrite ankylosante
    • –   Une infection
    • –   Une tumeur
    • –   Au surpoids
    • –   Au manque d’exercice physique
    –   Au stress

Les TMS (Troubles Musculo-Squelettiques)

Travailler intensivement devant un écran peut engendrer des troubles :

Comme la fatigue visuelle, troubles musculo-squelettiques, stress… Cependant, il est possible de limiter ces troubles !

Dès lors, notre démarche consiste en une analyse pragmatique de l’aménagement du poste de travail et des tâches qui incombent à l’opérateur. Ainsi, cela nous permet de mettre en œuvre une stratégie de prévention efficace. 

D’abord, Cela pourra passer par un changement dans l’implantation et l’aménagement du poste. Mais aussi le choix d’un matériel adéquat, des modifications dans l’organisation du travail… Enfin, pour aboutir à la création d’un poste de travail adapté à l’utilisateur et à sa façon de travailler, et favorisant une posture confortable.

Quelques facteurs causent de TMS

► TRAVAIL SUR ÉCRAN

Posture statique pouvant engendrer des TMS de type tendinite, ténosynovite, bursite, syndrome canal-aire. Mais aussi une fatigue visuelle : lourdeur des globes oculaires, rougeurs, picotements, éblouissements, myopie temporaire, maux de tête. À vrai dire, la fatigue visuelle sera d’autant plus marquée que le poste est peu ergonomique (reflets sur l’écran, éclairage souvent inapproprié, écran mal placé, mauvaise qualité de l’image…). En outre, la préexistence d’un défaut visuel non corrigé augmentera aussi la fréquence des symptômes oculaires.


► ÉCRAN HAUTEUR MAL RÉGLÉE OU MAL POSITIONNÉ

Port de tête contrarié ou mauvaise posture du buste en torsion ou en flexion initient des tensions musculaires et des lombalgies.


► CLAVIER ET SOURIS TROP ÉLOIGNÉS

Un appui continuel du poignet pendant la frappe, une souris éloignée du clavier, ou encore un clavier éloigné sollicitent mal les muscles et les tendons, essentiellement ceux de la nuque, des épaules, de la région lombaire, des poignets et des mains.


► SOURIS INADAPTÉE

Syndrome du canal carpien (SCC) est la pathologie la plus connue et la plus répandue. Il s’agit d’une inflammation du nerf carpien due à sa compression au niveau du poignet.


► SIÈGE DE TRAVAIL MAL RÉGLÉ ET/OU MAUVAISE POSITION SUR SON SIÈGE

Cause de lombalgies ou de mauvaise circulation sanguine.

► CONTENUES DES TÂCHES TROP MONOTONES

Position statique entraînant des lombalgies et douleurs cervicales. Aussi, une intense concentration peut provoquer une tension musculaire dans les poignets et les mains.


► ÉCLAIRAGE 
INAPPROPRIÉ

Mauvaise vision de la zone de travail, fatigue physique (efforts d’adaptation), fatigue nerveuse, troubles de la vue (matérialisés par des lourdeurs et des inflammations) et maux de tête.


► CONFORT ACOUSTIQUE INSUFFISANT OU INEXISTANT

Concentration perturbée, stress, fatigue et pouvant à terme poser des problème de santé.

Quelques chiffres

Les TMS constituent un grave problème de santé au travail. Au-delà de la souffrance humaine, ils représentent un lourd coût économique pour l’employeur. En effet, les douleurs osseuses, aux articulations et aux muscles sont à l’origine d’un important absentéisme. Donc d’une perte d’efficacité pour l’entreprise (30 millions de journées perdues chaque année).

En outre, dans tous les pays d’Europe, on considère qu’environ 30% des salariés ont un TMS lié à une mauvaise posture au travail. Or sur toute la population des jeunes entre 20 et 25 ans, 60 % ont plus ou moins mal au dos. Enfin, on s’accorde à dire que 80% des Français auront mal au dos dans leur vie (2 milliards d’euros le coût direct estimé des lombalgies en France).

Les TMS seront réduits si le poste de travail est aménagé « de façon ergonomique » en tenant compte des caractéristiques physiques de l’opérateur, et des distances préhensiles et visuelles.


ÉQUILIBRE propose des produits adaptés à chaque individu, rigoureusement sélectionnés par nos soins et testés par des ergonomes et des salariés en entreprise.

Nous sommes en quête continuelle de recherche de produits nouveaux et performants avec pour objectifs l’amélioration naturelle et ergonomique de la posture des utilisateurs et la diminution des TMS.

C’est pourquoi, tous les produits proposés présentent une grande fiabilité. D’autant plus qu’ils sont garantis par les fabricants pour des durées supérieures à la moyenne du marché. Et fabriqués dans le respect de l’environnement.

Spondylarthrite ankylosante

La spondylarthrite ankylosante (SA) est une forme d’arthrite inflammatoire chronique qui affecte la colonne vertébrale et la zone sacro-iliaque dans le bassin.

Au fil du temps, elle peut provoquer la fusion de la colonne vertébrale.

Ainsi, cela entraîne une mauvaise posture, des douleurs et de la raideur.

Dès lors, nos préconisations ergonomiques sont : 

  • Allègement des charges exercées sur le corps en position statique prolongée derrière un écran-clavier
  • Sollicitation minimale des articulations les plus douloureuses

Les solutions Équilibre

  • Un fauteuil adapté à la personne avec des niveaux de soutien bien répartis (appuis lombaires, cervicales et assise spécifique)
  • Un support documents, un repose-pieds ou une souris adaptée permettant une disposition des outils de travail à la bonne distance ou à la bonne hauteur

D’ailleurs, nous pouvons vous faire tester le matériel afin de vous assurer que le produit correspond à vos attentes.

En outre, en cas de questions complémentaires, vous pouvez contacter un de nos conseillers au 01 49 82 83 83.

Sclérose en plaques

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie inflammatoire qui affecte le système nerveux central. Il s’agit essentiellement, d’une maladie dans laquelle le corps attaque ses propres tissus.

Un fauteuil lourd et sécurisé peut-il aider les personnes atteintes de cette pathologie ?

Avant tout, les symptômes SEP sont le plus souvent des engourdissements, des picotements, des pertes d’équilibre, des crampes, de la spasticité, de la faiblesse musculaire et une foule d’autres symptômes douloureux.

Ainsi, nos Préconisations sont les suivantes : 

  • Allègement des charges exercées sur le corps en position statique prolongée derrière un écran-clavier

Les solutions Équilibre

Sciatique

La sciatique est une maladie fréquente : elle concerne 5 à 10 % des patients ayant des douleurs du dos. A priori, l’âge, le stress et un travail impliquant des mouvements du dos augmentent le risque de sciatique.

Aussi, les douleurs sont typiquement intermittentes, d’un seul côté (unilatérale), irradiantes du rachis lombaire jusque dans les orteils, calmées par le repos en position allongée ou debout.

Elles peuvent être déclenchées par la position assise (notamment en voiture). Parfois, elles sont accompagnées d’un cortège de symptômes tels des fourmillements localisés dans la jambe ou dans les orteils, une perception douloureuse de certains stimuli à l’origine indolore ou une perte de la sensibilité d’une partie de la jambe.

Il existe une forme de sciatique extrêmement sensible, avec blocage éventuellement du rachis lombaire, appelée lumbago.

Ainsi, nos Préconisations ergonomiques sont les suivantes :

  • Allègement des charges exercées sur le corps en position statique prolongée derrière un écran-clavier
  • Soulagement par l’ouverture de l’angulation tronc jambes ou
    en position debout

Les solutions Équilibre 

  • Un fauteuil avec une facilité d’ouverture de l’angle assise dossier ou un siège debout assis
  • Un poste de travail ergonomique réglable en hauteur pour alterner de
    la position assise à la position debout plus facilement

Syndrome du canal carpien

Une souris ergonomique pour ne plus avoir mal au poignet ?

Le syndrome du canal carpien est un ensemble de signes fonctionnels et physiques lié à la souffrance du nerf médian au niveau du poignet par sa compression (par élévation de la pression au sein du canal carpien).

Ce syndrome résulte de nombreuses maladies, conditions et accidents.

Le sujet atteint ressent un engourdissement ou/et un fourmillement des doigts «médians».

Ainsi qu’une douleur de la main irradiant le bras.

Il s’agit de l’atteinte la plus répandue en France en médecine du travail parmi les troubles musculo-squelettiques. La compression du nerf médian passerait à la chronicité (arrêts de travail en série…) avec handicap avéré dans 5 à 10 % des cas.

    Une souris ergonomique verticale qui supprime toutes pressions sur le canal carpien et qui repositionne le bras naturellement. Elle diminue également les douleurs du haut des bras et des tendinites des avants bras.

Ostéoporose

L’ostéoporose se développe lorsque la perte osseuse se produit trop rapidement ou son remplacement trop lentement. Ainsi, les os deviennent alors moins denses, plus sujets à la rupture.

De fait, c’est un facteur de risque important de fractures osseuses (hanche, colonne vertébrale…). Les fractures vertébrales peuvent entraîner des conséquences graves (la perte de taille, de sévères douleurs de dos, cyphose, posture voûtée sévèrement…).

Une femme sur deux et un homme sur quatre de plus de 50 aura une fracture liée à l’ostéoporose dans leur vie.

Dès lors, voici nos préconisations ergonomiques :

  • Allègement des charges exercées sur le corps en position statique prolongée derrière un écran-clavier
  • Sollicitation minimale des parties du corps touchées

Les solutions Équilibre 

  • Un siège ergonomique de bureau avec un soutien lombaire adéquat
  • Un support bras, un repose-pieds sont pratiquement toujours indispensables

Polyarthrite rhumatoïde

La polyarthrite rhumatoïde (PR) est la cause la plus fréquente des polyarthrites chroniques

C’est une maladie dégénérative inflammatoire chronique, elle est caractérisée par une atteinte articulaire souvent bilatérale et symétrique, évoluant par poussées vers la déformation et la destruction des articulations atteintes.

Ainsi, elle touche principalement les extrémités des membres comme les mains, ainsi que les articulations (genoux, épaules, bras, dos, etc…)

Dès lors, voici les solutions Equilibre – Ergonomie du poste de travail

  • Une souris ou un pointeur améliorant la préhensibilité, et limitant les douleurs au bras et épaule
  • Un repose-pieds articulé favorisant les mouvements des jambes et des pieds
  • Ainsi qu’un fauteuil avec des accoudoirs adaptés ou équipé d’un appui avant-bras

Hernie discale

L’hernie discale est une des affections les plus courantes du dos.

Elle est la conséquence d’un anneau discale (couche externe du tissu fibreux) affaibli ou déchiré.

Ainsi, la matière présente à l’intérieur du disque (nucléus) peut s’échapper et exercer une pression sur les régions proches de la colonne vertébrale.

D’autre part, la majorité des ruptures annulaires se situent sur le côté arrière du disque, provoquant une pression sur la moelle épinière et les racines nerveuses (douleurs, faiblesse, engourdissement).

Dès lors, voici nos préconisations ergonomiques :

  • Allègement des charges exercées sur le corps en position statique prolongée derrière un écran-clavier
  • Renforcement du soutien dorsal

Les solutions Équilibre – Mobilier ergonomique

  • Un fauteuil améliorant l’alignement de la colonne vertébrale. La pression est ainsi mieux répartie sur l’ensemble des disques et la hernie discale soulagée
  • Un fauteuil avec des appuis lombaires gonflables modulant efficacement le soutien lombaire nécessaire